Louer une villa avec piscine pour du tourisme écologique à Marrakech

Aller au Maroc c’est se lancer dans une aventure incomparable, le pays est riche et diversifié, peu importe la saison. De nombreux lieux sont à découvrir, peu importe la ville que vous aurez choisi de visiter. Fès, Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger, Agadir etc. Chacune des villes a ses propres particularités qui la démarquent des autres et qui méritent d’y faire un détour. Alors n’hésitez pas pour la location de villa avec piscine à Marrakech pour découvrir par exemple sa médina ou la place Jemma el Fna, c’est pareil pour Rabat où vous pouvez découvrir des jardins magnifiques. Toutefois faire du tourisme n’implique pas d’endommager l’environnement du Maroc, il faut pratiquer le tourisme écologique encore appelé éco tourisme.

L’éco tourisme ne date pas d’aujourd’hui, tous les pays du Monde sont de plus en plus concernés par le réchauffement de la planète et les conséquences néfastes que cela entraînerait. La nouvelle politique en matière de tourisme et de toute autre activité, est la priorité à l’environnement, d’où l’utilité de l’éco tourisme. Il s’agit de pallier à la mauvaise attitude que certains touristes manifestent vis-à-vis du pays qu’ils visitent. Non loin des principes du tourisme responsable, du tourisme vert, l’éco tourisme regroupe un ensemble de gestes simples que chacun peut adopter afin de préserver l’environnement. L’éco tourisme vise précisément à faire du tourisme tout en participant à la protection de l’environnement. Ici lorsque l’on parle d’environnement, il ne s’agit pas seulement de la nature, il faudrait aussi que les populations locales et la région puissent bénéficier des fruits de l’activité touristique.

L’éco tourisme demande aussi la contribution des populations locales elles mêmes. Elles doivent s’engager vis-à-vis de leur environnement. Certaines entreprises le font déjà, elles s’investissent pour la protection des animaux et des plantes de la région en organisant des campagnes de sensibilisation sur les richesses naturelles locales. De toutes les façons, les touristes sont les principaux acteurs de ce mouvement, ils devraient mettre le frein sur les activités qui ne contribuent pas au développement durable de la région. Même en les pratiquants, ils devraient adopter certains comportements qui limitent les dégâts causés à l’environnement. Les zones ayant un potentiel agricole devraient être mises en avant, ainsi l’activité touristique renforcerait leur autonomie et limiterait l’exode vers les villes, les populations locales auraient des emplois et les régions se développeraient, tout en améliorant la visibilité des produits locaux.

S’agissant des touristes, l’un des moyens de limiter la pollution dans la ville qu’ils visitent est de se déplacer de manière écologique, en bicyclette, en calèche, à pieds etc. En évitant d’utiliser des moyens de transport trop polluants. Le touriste vert peut aussi limiter la pollution en contribuant au ramassage des déchets, en ne les jetant pas n’importe où, en utilisant des récipients ou des produits à emballages bio dégradables etc. Précisons aussi qu’un environnement dégradé ou en mauvais état n’attire pas les touristes, donc les autorités ont tout intérêt à conserver les villes marocaines en bon état. Des efforts sont faits et aussi bien les autorités que les populations ont conscience de l’intérêt et de l’attention qu’il faut porter à l’environnement mais comme dans beaucoup de pays en voie de développement, l’échelle des besoins ne met pas ce genre de préoccupations en tête de liste.

Laisser un commentaire

*