Se sentir bien dans sa peau grâce à la chirurgie esthétique


La beauté est dans l’œil de celui qui voit. Tout le monde connaît cette assertion qui s’explique par le fait que la beauté souvent quelques choses de subjectif. Bon, c’est vrai que devant une gravure de mode, le verdict est unanime, mais de nos jours, la beauté n’est plus inaccessible à ceux que la nature à laisser sur le carreau ; et bien que la chirurgie ait beaucoup évolué, elle existe quand même depuis la préhistoire. Et oui mes chéri (e)s, grâce à la science, il est possible de rentrer dans les rangs des élus…

La chirurgie esthétique, un acte médical qui change la vie !

La chirurgie esthétique est une des branches de la chirurgie plastique, qui est elle-même une spécialité de la chirurgie. Celle-ci renvoie à une technique médicale qui consiste en une intervention matérielle sur des tissus, en faisant usage d’incisions et de suture, afin de réparer, remodeler ou de changer une partie du corps. Donc étant un acte médical à part entière, une opération de chirurgie esthétique doit impérativement être effectuée par un vrai chirurgien ayant le droit de pratiquer, et non par n’importe quel zinzin sorti d’on ne sait où. Dans la plus par des cas, le recours à une intervention de chirurgie esthétique découle d’une sensation de mal être dont le patient souhaite se débarrasser, ce qui veut dire que ce ne sont pas des pathologies ou des séquelles qui poussent les gens à subir ce genre d’opération. C’est pourquoi l’on associe des actes thérapeutiques chirurgicaux à des actes médicaux afin de traiter le patient de l’intérieur et de l’extérieur.

Dans la mesure où le champ d’action de la chirurgie esthétique est vraiment large, les interventions sont vraiment variées. Par exemple, le lifting. Il y a celui bien connu du visage, mais il y a également celui de la face interne des cuisses que l’on appelle cruroplastie. Cette opération est souvent la solution à la perte d’élasticité de la peau suite aux variations de poids, aux grossesses et autres. Il faut avouer qu’avoir de la peau qui pendouille après une lipoaspiration est loin d’être tendance ; à dire vrai, cela peut générer de sérieux complexes en plus de poser un souci vestimentaire. Le but de la manœuvre est d’affiner la silhouette en faisant disparaître le trop plein de peau et de graisse du côté intérieur de la cuisse, puis de tout remettre en place en ne laissant aucune trace, du moins aucune visible, tout en redonnant du tonus à la peau. Il y a donc lipoaspiration (pas systématiquement), suivi du retrait de l’excès de peau, et ensuite la fixation en profondeur, en haut de la face interne de la cuisse, pour maintenir la correction du relâchement cutané et éviter que la cicatrice ne redescende. Cela permet également de rendre la cicatrice invisible puisque celle-ci se confond avec le maillot.

Toutefois, il n’y a pas que des aspects positifs puisqu’il peut arriver que l’intervention entraine des complications comme une infection, un hématome ou un saignement, ou encore une modification de la sensibilité. Mais du calme, ce n’est pas non plus la peine de se taper la tête contre les murs ! Tout cela est facilement gérable. Simplement, il est important de ne pas oublier les précautions telles que la première visite ; quoi qu’aucun chirurgien digne de ce nom n’accepterait de vous opérer sans un minimum d’informations médicales fiables… Donc, l’opération, qui s’étend sur 1 à 2 heures en fonction de l’importance de l’intervention, se fait soit sous anesthésie locale complétée par des tranquillisants en voie intraveineuse, soit sous anesthésie générale. De manière générale il faut compter 1 à 2 jours d’hospitalisation, et 6 semaines durant lesquelles sports et efforts importants sont déconseillés à cause de la 1ère période de cicatrisation (dans certains cas un arrêt de travail peut être nécessaire). De plus il y a aussi certaines précautions à prendre comme éviter d’exposer les régions traitées aux U.V. sur une période d’au moins 4 mois pour prévenir une coloration de la peau. En fonction du patient, la cicatrice met entre une à deux année pour s’estomper mais les résultats se constatent entre 6 à 12 mois. Sans oublier que les progrès réalisés en matière de technique permettent, depuis plusieurs années, d’obtenir des résultats plus que satisfaisants.
Alors, exit la peau qui pendouille ou les poignets d’amour : avec la chirurgie devenons tous les rois et reines du bal… !

Laisser un commentaire

*